Gruppe für eine Schweiz ohne Armee

Einreichung Nahost-Petition

 
-> Übersicht

Un bilan très réjouissant de la campagne de soutien la pétition

von Tobias Schnebli, Gruppe für eine Schweiz ohne Armee (GSoA) Genf, Collectif Urgence Palestine (CUP)

Les 45 organisations qui soutiennent la pétition recouvrent un spectre très large de la société suisse engagée, de près ou de loin, sur le conflit au Proche-Orient. Ce sont une dizaine d entre elles qui ont fourni une bonne partie du travail nécessaire pour aboutir au très bon nombre de signatures récoltées.

Le fait qu environ la moitié des signatures provient de la Suisse romande est plutt le reflet d une présence plus nombreuse en Romandie d activistes de base qui ont tenu des stands de récolte que d une différence dans l'adhésion la pétition dans la population en général. Je sais, aussi par mes collègues du GSoA en Suisse allemande, que partout o des gens ont récolté des signatures les réactions étaient très largement positives.

La frustration pour une politique deux vitesses

Au cours de la récolte de signatures, nous avons constaté une grande sensibilisation sur le conflit au Proche-Orient et en particulier une perception très nette dans la population de la politique deux vitesses du Conseil fédéral dans ce conflit: Une grande majorité des gens voit très bien que d une part, dès qu il y a une baisse d intensité dans le conflit, le Conseil fédéral s'empresse de développer les relations militaires et économiques avec Isral, comme l'ont bien montré les récents voyages de MM Samuel Schmid et Pascal Couchepin. Et d autre part les gens remarquent clairement que ce dynamisme contraste fortement avec la retenue et la prudence que la Suisse montre par exemple lorsqu elle est mandatée par l'ONU pour trouver les moyens de faire appliquer la résolution de l'ONU et l'avis de la Cour Internationale de Justice sur le démantèlement du mur, ou encore quand il s'agirait de faire valoir son rle d Etat dépositaire des Conventions de Genève face aux violations du droit international humanitaire commises par le gouvernement israélien. Cette politique deux vitesses a également contribué faire retomber les espoirs suscités auprès du public suisse avec le soutien l'initiative de Genève.

Le Conseil fédéral porte l une lourde responsabilité, la fois pour le discrédit qu il jette sur sa politique étrangère et sa politique de paix, mais aussi parce qu il renforce les sentiments de frustration dans une large partie de l'opinion publique pour le manque de réactions ou même pour le soutien de part de la Suisse et de la communauté internationale face la politique israélienne dans le conflit qui l'oppose aux Palestiniens.

La coalition entend continuer son action

La coalition d organisations qui s'est engagée pour la suspension de la collaboration militaire avec tous les pays du Proche-Orient, tant que les droits humains et le droit international n y sont pas respectées, espère qu en refusant l'achat de matériel militaire en provenance d Isral, une majorité du Conseil national saura donner un signal de crédibilité pour la politique Suisse dans le conflit au Proche-Orient. De toute manière, cette coalition d organisations est convaincue de la nécessité de poursuivre l'action dans ce sens aussi après le vote du Conseil national la semaine prochaine.

La coopération réalisée dans la campagne de soutien la pétition que nous déposons aujourd hui constitue une excellente base commune pour la suite de notre action.

[Zurück zur Übersicht]
© Gruppe für eine Schweiz ohne Armee, 10.03.2006, Webdesign dbu